Nutrition

Quand le miroir reste... Petit! Comment traitons-nous l’obésité?

Obezitate
Articol

Près de 500 000 enfants en Roumanie pourraient être touchés par l’obésité d’ici 2030, selon les données de la Fédération mondiale de l’obésité. 1 enfant sur 4 a déjà des problèmes de poids en Roumanie ! Énorme! Et chez les adultes, nous restons tout aussi mauvais. 55% de la population est en surpoids.

Qu’est-ce qu’on fait, qu’est-ce qu’on fait, quand est-ce qu’on le fait ? Où l’obtenons-nous lorsque les balances commencent à se disputer et que le miroir est laissé… Petit? J’ai parlé de l’obésité à Ana-Paula Popiel, spécialiste de la nutrition à ATLAS. Pas de rideau, pas d’histoires. L’obésité est une maladie extrêmement grave et elle doit être traitée. Comment? Nous allons le savoir ci-dessous!

Docteur, j’ai pris quelques kilos en trop, je suis fatigué de l’effort, je ne suis pas heureux de la façon dont je regarde quand je regarde dans le miroir, j’ai eu des douleurs sporadiques dans ma colonne vertébrale et je ne sais pas comment faire face à cette situation … 

Ce sont les mots d’un patient qui souffre d’environ 5 ans d’obésité et qui est conscient que la présence de kilos en trop a changé sa vie. 

Afin d’être conscient de la situation, chacun de nous a besoin de quelques informations médicales qui sous-tendent le processus de changement nécessaire.

 

Qu’est-ce que l’obésité?

L’obésité est une condition nutritionnelle-métabolique. Il se caractérise par une accumulation excessive de graisses qui provoquent un gain de poids de plus de 20% par rapport au poids idéal. C’est la condition métabolique la plus commune et est un problème de santé publique dans la plupart des pays du monde.

L’obésité « voit » est une caractéristique visible du patient, tandis que d’autres maladies métaboliques exigent des déterminations biochimiques spécifiques pour être diagnostiquées.

L’obésité résulte du déséquilibre entre l’apport du corps et la consommation d’énergie. En d’autres termes, elle est due à une augmentation de l’apport alimentaire par rapport à une faible consommation d’énergie (excédent alimentaire par rapport aux besoins énergétiques de l’organisme).

 

Évaluons l’obésité!

L’examen clinique d’un patient obèse montre le dépôt généralisé ou localisé de graisse, des vergetures dans l’abdomen ou les cuisses. Associés sont les symptômes de la charge mécanique qui: 

  • fatigue, 
  • polypnée dyspnée, 
  • œdème des membres inférieurs, 
  • douleurs articulaires. 

Au niveau de la peau, l’irritation peut se produire dans les zones où il effectue ce que l’on appelle « nveloppe » par friction et / ou hypersweat, prurit, fungal ou la surinfection bactérienne. Des troubles non spécifiques tels que : vertige, maux de tête, troubles menstruels, flatulences, constipation sont également présents.

L’évaluation paraclinique devrait inclure la glycémie, le profil lipidique, l’hémoléoukogramme, les tests d’inflammation, le profil rénal et hépatique, le dosage hormonal, les tests fonctionnels de ventilateur, l’échographie abdominale, le doppler vasculaire, les rayons X, etc.

Pour l’évaluation de l’obésité, l’indice de masse corporelle (IMC) et la circonférence abdominale (CA) sont mesurés. D’autres indicateurs sont utilisés pour définir l’obésité, notamment : l’épaisseur du pli cutané (subscapulaire, triceps, biceps, suprailiaque, etc.).

 

Indice de masse corporelle

L’IMC est la méthode la plus courante dans la pratique médicale pour estimer la proportion de tissus adipeux et est calculée comme suit :

IMC= poids corporel (kg)/ hauteur2 (m)

Le patient en surpoids a un IMC de 25-29.9kg/m2

Selon le critère de l’IMC L’obésité a 3 degrés:

  • Grade 1- IMC 30-34,9 kg/m2
  • Grade 2- IMC 35-39,9 kg/m2
  • Grade 3- IMC supérieur à 40 kg/m2

 

Voici la question naturelle « qui devrait perdre du poids »?

La réponse : tous les patients en surpoids ou dans l’une des classes cliniques à risque modéré et grave. C’est parce que l’obésité non traitée progresse.

Une partie importante de la gestion de cette condition est l’approche des comorbidités et des complications résultant de la prise de poids. 

 

Régime hypocalorique – une étape nécessaire dans le traitement de l’obésité

En général, un régime avec un déficit de 500 calories/jour par rapport à l’apport alimentaire précédent devrait être établi. Une perte de poids de 5-10% du poids initial sera estimée sur une période de 3 mois.

 

Le développement du régime hypocalorique doit suivre plusieurs principes importants :

  • limiter la consommation alimentaire en dehors des repas établis,
  • fractionnement des repas 
  • assurer une alimentation équilibrée sur le plan nutritionnel
  • l’établissement d’aliments dont la consommation doit être contrôlée;
  • éviter/exclure les aliments riches en calories
  • Arrêter de fumer
  • faible consommation d’alcool

 

Aliments autorisés :

  • lait, yogourt, fromage cottage écrémé, urde
  • viande de vache maigre, veau, agneau, volaille (poulet, dinde)
  • poissons faibles de la rivière -salau, brochet, lin, truite
  • oeufs durs, blanc d’œuf
  • champignons
  • légumes : tomates, radis, endives, laitue, poivrons, concombres, choux-fleurs, épinards, lobe, brocoli, asperges, courgettes, chou blanc, haricots verts (comment préparer – comme salades, bouillies, étouffées ou sautées)
  • fruits : pommes aigres, citrons, pamplemousses, oranges, mandarines, pastèque, groseilles, fraises, bleuets, framboises, bordeaux, cerises anciennes (sous forme de salade de fruits ou de compote sans sucre ajouté ou avec édulcorants)
  • matières grasses : huiles végétales
  • boissons : eau, jus de légumes et de fruits, lait écrémé
  • sel : en moyenne 5-8 grammes par jour

Les liquides sont fournis en quantités d’au moins 1 l 1/2 eau par jour. Dans le cas où une restriction de fluide se produit (le patient ne consomme pas suffisamment de liquides pour diverses raisons) la diurèse avec un impact significatif sur l’appareil rénal diminue en premier lieu, puis avec une résonance sur l’ensemble du métabolisme.

 

Les aliments suivants sont interdits :

  • fromage, camembert, Schweitzer – en général tous les fromages gras et salés, lait entier, yogourt gras, fromage cottage gras;
  • viandes grasses, poissons gras, viandes et poissons en conserve, saucisses grasses, fumées;
  • pain et pâtes;
  • les œufs frits;
  • légumineuses séchées : haricots, pois, lentilles, pois chiches;
  • pommes de terre en grandes quantités;
  • fruits : raisins secs, curmals, figues, raisins, prunes, noisettes, noix, arachides;
  • matières grasses : crème, crème, gras, saindoux;
  • sauces à la framboise, celles avec beaucoup de gras, mayonnaise;
  • bonbons concentrés, crèmes, pâtes grasses;
  • des liquides : boissons sucrées, sirops, alcool, lait entier, café en grandes quantités.

 

Le nombre de repas sera déterminé en fonction du profil du patient, afin d’assurer un métabolisme plus efficace des calories, empêchant leur accumulation sous forme de tissu adipeux.

Si le patient souffre de constipation, des mesures à court terme seront prises pour résoudre ce problème médical.

 

Le patient doit tenir compte des recommandations suivantes dès le début de l’alimentation:

  • ne consommez rien entre les tables principales; d’abandonner les collations
  • n’utilisez pas d’excès de sel
  • ne pas consommer d’alcool
  • se conformer exactement aux quantités d’aliments établies par l’alimentation – nous devons peser tout ce que nous mangeons
  • retirer les sauces du menu
  • ajouter des graisses saines
  • Complétez votre alimentation avec des suppléments nutritionnels si nécessaire. Par exemple, les suppléments de coenzyme Q10 aident à réduire la couche de graisse. Des études montrent que ceux qui ont suivi un régime faible en gras et de prendre coenzyme Q10 ont doublé leur perte de poids, par rapport à ceux qui ont seulement suivi le régime alimentaire recommandé
  • faire un minimum de 30 minutes de mouvement par jour. Il est nécessaire d’augmenter l’activité physique, avec un effort sous-maximum individualisé, la marche augmente la consommation d’énergie de 300 kcal/heure. L’exercice est important non seulement pour augmenter la consommation d’énergie, mais aussi pour lutter contre la résistance à l’insuline.

 

N’oublions pas qu’il y a aussi des situations dans lesquelles les régimes hypocaloriques sont contre-indiqués

Dans la tuberculose pulmonaire, la maladie de Crohn, la maladie d’Addison, la colite ulcéreuse-hémorragique, la dépression majeure, l’insuffisance rénale, la goutte et l’âge très avancé.

 

La relation avec le spécialiste est la base d’efforts fructueux

Le principe thérapeutique fondamental dans la gestion de l’obésité est la transformation du déséquilibre énergétique positif en un déséquilibre énergétique négatif. Il s’agit de changer l’alimentation, de manger, de mode de vie, d’introduire le sport dans les activités hebdomadaires obligatoires – l’effort physique fait dans le cadre de la tolérance individuelle.

Il est nécessaire pour le médecin avec le patient d’établir et de définir clairement l’objectif et les méthodes par lesquelles atteindre la perte de poids souhaitée. Sans une réelle coopération entre lui et les efforts du médecin pour perdre du poids ne sera pas suivie par le succès. 

La perte de poids sera progressive, à un rythme individualisé par le profil clinique, paraclinique et psychologique du patient en question.

La stratégie thérapeutique de l’obésité devrait prendre en compte tous les facteurs qui interviennent dans l’étiopathie de la maladie, du comportement alimentaire au degré d’obésité, l’étiologie de l’obésité, les complications et les comorbidités qui l’accompagnent.

 

Traitement médicamenteux pour l’obésité

Le traitement médicinal n’a qu’un rôle adjuvant et a une indication chez les patients avec un IMC supérieur à 30, avec des complications, à laquelle le traitement hygiénique-diététique n’a pas fonctionné. C’est pourquoi il représente un traitement de deuxième ligne pour l’obésité. 

Les médicaments utilisés peuvent être regroupés en médicaments qui produisent la sensation de satiété, par distension mécanique de l’estomac, les médicaments qui inhibent l’absorption intestinale des substances énergétiques, les médicaments qui inhibent la lipase intestinale et les médicaments qui inhibent le centre de la faim de l’hypothalamus.

L’attention du patient sera attirée sur le risque de ces médicaments.

En plus du traitement hygiénique-diététique et du traitement médicamenteux, certaines procédures chirurgicales, telles que la lipotomie, la liposuccion et le pontage jejununeial, peuvent également être employées.

 

Un examen médical périodique est absolument nécessaire pour la supervision du patient obèse, l’évaluation des résultats obtenus, la détection des complications et l’adaptation du traitement aux changements. Si vous ne savez pas comment et quand commencer, vous pouvez contacter Ana-Paula Popiel, spécialiste de la nutrition ATLAS, et elle vous aidera avec un plan spécialement conçu pour vos besoins.

Prenez bien soin de vous et de ceux qui vous entourent. 

Amour,

ATLAS

Written by

Hilio Team
undefined